Vivre à Vélo en Ville

Vivre à Vélo en Ville - Association de cyclistes urbains de Montreuil (Seine Saint Denis - France), membre de la Fubicy

La rue de Paris toujours à la une!

lundi 13 novembre 20h45
samedi 18 novembre
lundi 4 décembre

on prépare la rencontre du 17 novembre avec le maire
Sujet:
quels aménagements cyclables à Montreuil?

Ecrivez nous pour avoir le lieu de la réunion ou donner votre avis par mail

atelier réparation vélo, de 14 à 17h

réservé aux adhérents

50 av de la Résistance

AG de VVV

Remplacement du président et du secrétaire, arrivés au terme de leur mandat de 3 ans
La reconduction du mandat est interdite par les statuts et les candidatures sont bienvenues

la lettre de VVV au maire de Montreuil du mois d'août 2000 enfin divulguée sur le web!
Le champ politique montreuillois en est révolutionné et même tourneboulé! Voir notre article

Bulletin d'octobre 2000

La rue de Paris

(un des projets qui a été un moment envisagé pour la rue de Paris)

La réunion mensuelle du 2 octobre a donné lieu à une mise au point sur la question de l’aménagement de la rue de Paris.

L’engagement de VVV dans cette affaire remonte au début de l’année ; nous en avons fait écho dans nos précédents bulletins. Notre argumentation est simple : quelle que soit l’option d’aménagement envisagée pour cet axe, nous exigeons que les cyclistes puissent y circuler en sécurité dans les deux sens.

Elémentaire et conforme à notre action en faveur du développement (durable, ajouterons-nous, pour faire tendance) de l’usage du vélo comme moyen de déplacement en ville, comme alternative sensée à la voiture, comme véhicule non polluant, multi-usages, silencieux, libérateur, facteur de sociabilité, seul véhicule tenable pour un avenir maîtrisé.

Pendant ce temps, autour de nous, à l’échelle mondiale, se joue une partie de poker avec des cartes dans les revers de manches, des revolvers à la ceinture et des mines de bluffeurs, dans la foire d’empoigne aux ressources naturelles et aux bénéfices démesurés que leur gaspillage encouragé génère, système fou habituellement vanté sous le nom de croissance.

Tout près de nous, dans l’espace et dans le temps, se jouent d’autres parties de poker, avec les mêmes accessoires, au nom du même principe qu’on a vraiment du mal à qualifier d’économique tant il incarne l’exact contraire.

Après quelques hésitations bien vite dissipées, le gouvernement a choisi de céder à la pression populaire : le prix des carburants a baissé, les gaspis ont vaincu et chaque heure de temps, la planète va pouvoir sereinement continuer à transformer plusieurs millions d’années de fossilisation (qui nous ont donné ce cher pétrole) en des milliers de tonnes de poison atmosphérique, avec les innombrables bienfaits présents et à venir que cette opération chimique apporte à l’humanité.

La Rue de Paris constitue un segment de cet admirable tableau, microcosme d’une humanité à la poursuite de buts licites, comme, par exemple, aller acheter la dernière poupée Barbie à Carrefour.

Alors, oui, VVV non seulement défend le terrain des cyclistes mais s’affaire à ce qu’un espace d’avenir soit reconquis sur celui dont les gaspis ont bénéficié depuis l’adoption officielle et obligatoire de l’équation : consommation = bonheur. D’autant qu’une poupée Barbie, ça tient dans des sacoches.

Où en sommes-nous de notre action et comment nous situons-nous dans l’agitation que entoure le projet d’aménagement ?

La situation de VVV dans le champ politique montreuillois a connu une révolution depuis la reconnaissance de notre action par la municipalité et plus précisément par son conducteur. La collaboration a déjà pris forme au mois de septembre par une rencontre avec les services de la voirie en vue d’établir et mettre en œuvre un plan cycliste pour Montreuil. Cette première rencontre nous aura au moins permis de constater que la municipalité semble vouloir s’engager à réduire la circulation automobile sur la rue de Paris et y favoriser la circulation des bus et des cyclistes. Par ailleurs, nos propositions de cheminements cyclistes et d’aménagements pour leur sécurité ont été reçus avec un intérêt réel.

Nous sommes conviés à participer aux discussions relatives à la rue de Paris entre les autorités locales et les différents usagers. L’enjeu est important car il s’agit d’obtenir la cohabitation bus - vélos dans un contexte où la réglementation intervient parfois contre notre présence dans les couloirs de bus. Ainsi, lors de la journée sans voitures, l’expérimentation de la ligne de bus sur la rue de Paris a vu le préfet interdire aux cyclistes le couloir spécialement mis en place. Si cette mesure était définitive, la descente vers la Porte de Montreuil serait barrée pour les cyclistes.

Par ailleurs, le maire a fait une longue réponse à la lettre que VVV lui avait adressée au mois d’août et que vous pouvez lire sur le site Internet. L’accord sur nos propositions est total, à tel point que d’aucuns flairent la manœuvre électorale. Qu’importe pour l’instant. Si l’échéance des municipales peut jouer en notre faveur, tant mieux. Si l’entente cesse au lendemain des résultats, ce sera dommage, mais VVV n’aura rien perdu si nous ne perdons qu’un allié déloyal.

Nous sommes conviés à une nouvelle rencontre avec le maire dans le courant du mois d’octobre et nous l’aborderons de façon constructive, depuis notre place dans le champ de la démocratie participative à laquelle nous avons prouvé que nous étions attachés.

De grands progrès sont encore attendus dans ce domaine, en particulier en matière de décisions prises sans consultation des usagers supposés. Ainsi, l’affaire de larbre à vélos, dont les Montreuillois ont pu voir les deux premiers exemplaires plantés en France lors de la journée pas vraiment sans voitures, car il en circulait pas mal à l’intérieur du périmètre censément purgé. Cette première apparition doit précéder une expérimentation de vélos électriques dont Montreuil, le département et la région sont les éventuels commanditaires. VVV n’a reçu aucune information officielle à ce sujet.. Nous prétendons que c’est grave. Notre expertise nous autorise à émettre un avis sur des expériences en matière d’usage du vélo. Il va de soi que nous sommes favorables à toutes les initiatives prises dans ce sens, mais nous savons aussi que toute expérimentation mal conçue, mal ciblée ou mal engagée risque de jouer en défaveur des cyclistes, qui ont déjà fort à faire à défendre leurs premières reconquêtes.

Certaines échéances électorales seront aussi à l’ordre du jour de la prochaine réunion de VVV, le 6 novembre 2000, puisqu’il s’agira d’élire deux nouveaux membres du bureau, en remplacement du président et du secrétaire, parvenus au terme de leurs mandats de trois ans non renouvelables, selon les statuts actuels de l’association.

Les places sont bonnes à prendre, qu’on se le dise. L’association prospère avec désormais 183 membres.

Même si vos ambitions politiques ne vous poussent pas à briguer ces positions enviées, vous pouvez toujours adhérer ou réadhérer à VVV en nous envoyant vos coordonnées et un chèque de 50 francs à l’ordre de Vivre à Vélo en Ville, 7, rue Dombasle (93100) Montreuil.

.....................................................